19 mai 2024

Radio Ngoma ya Amani

Votre tam-tam de la Paix

Les évêques de l’Église catholique du Burundi s’inquiétent de la situation sociopolitique du pays.

À peine que le pouvoir vient de lancer la campagne d’éducation civique et électorale en vue des élections de mai 2025, notamment législatives et communales, la conférence des évêques de l’Église catholique du Burundi s’inquiété de la situation sociopolitique qui règne au pays. Et propose certaines réformes en Justice, droit d’expression et un engagement avéré dans la lutte contre la pauvreté.
Ce dimanche 14 avril, l’Église catholique du Burundi fait une déclaration dans les milliers des chrétiens au cours de la traditionnelle messe dominicale de 10 heures, sous le thème : « Instruction des évêques catholiques du Burundi pour le 3ème dimanche de paques ». Départ l’histoire tragique du pays par comparaison à la situation actuelle.
« De par le passé de notre pays, nous savons combien le Burundi, de manière récurrente, a sombré dans la violence suite à l’exclusion et à la recherche exacerbée du pouvoir. Même aujourd’hui, cela demeure pour nous une préoccupation vu qu’il existe des signes de ceux qui voudraient nous faire revivre le système politique révolu du monopartisme », décrivent via sa déclaration l’église catholique du Burundi.
Pour les évêques, des discours et des décisions prises, mais sans lendemain décrédibilisent les institutions étatiques, surtout lorsque les décideurs ne rendent pas compte de l’état d’avancement et des réalisations en rapport avec leurs responsabilités.
« Puisque le gouvernement se présente comme « Reta mvyeyi », comment pourrait-il correspondre à cette identité s’il ne développe pas une gestion inclusive, garantissant et promouvant le Bien commun ? »
« Il est, donc, nécessaire que les Burundais puissent encore s’asseoir ensemble pour penser un système de gouvernement qui puisse accorder la parole à tous, se soucier du bien commun et ainsi ramener la confiance dans les instances administratives », recommandent-ils.
Mgr Bonaventure Nahimana est l’archevêque de Gitega et le président de la Conférence des évêques catholiques du Burundi.