19 mai 2024

Radio Ngoma ya Amani

Votre tam-tam de la Paix

Plus de 100 jours, Félix Tshisekedi n’a pas toujours un gouvernement.

Plus de 100 jours après son investiture pour son second mandat et le dernier, selon la constitution de la République démocratique du Congo, Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo n’a toujours pas un gouvernement qui doit exécuter ses engagements pris le 20 Janvier 2024, lors de la prestation du serment.

Cette question soulève beaucoup de remous dans la communauté, puisque le coup de la vie notamment dans le secteur économique, ne cesse de se détériorer du jour le jour.

Lundi 01 avril dernier, le Chef de l’État, avait par ordonnance présidentielle, nommé une première ministre, Madame Judith Suminwa Tuluka, en remplacement de Jean-Michel Sama Lukonde.

Plusieurs semaines après sa nomination, la nouvelle première ministre, peine à nommer son équipe gouvernementale.

De l’autre côté, l’Assemblée nationale, est dépourvue d’un bureau définitif qui doit exercer pleinement ses droits, notamment auditionner le programme du nouveau gouvernement et ensuite l’investir, plusieurs semaines après la mise en place du bureau d’âge, dont Christophe Mboso est président, on sait pas quand est-ce que le bureau provisoire va organiser l’élection du bureau définitif.

Signalons tout de même que, mardi 23 avril dernier, l’Union sacrée, plateforme politique qui accompagne le Chef de l’État, Félix Tshisekedi avait organisé le primaire en son sein pour départager 3 potentiels candidat qui désirait, diriger le perchoir de la chambre basse du parlement, à l’issue de cette exercice, c’est l’ancien directeur de cabinet de Félix Tshisekedi et ancien vice-premier ministre de l’économie nationale, Vital Kamerhe a été choisi comme candidat à la présidence de l’Assemblée Nationale.

Du côté de l’opposition on estime que, le régime de Félix Tshisekedi est là, non pas pour les intérêts de la population mais pour les intérêts égoïstes, pour la preuve à ce jour on a ni, gouvernement moins encore, le président de l’Assemblée nationale et du sénat.

« Un pays en guerre où le président est entre deux avions chaque semaine, un pays en guerre il n’y a pas un gouvernement, il n’y a pas le président du sénat et de l’Assemblée nationale, si vraiment c’était pour l’intérêt du peuple, ils aurait dû mettre en place rapidement pour s’occuper du peuple. Et pourtant le peuple est abandonné. En ce moment 1 litre d’essence coûte 3450fc alors que quand Kabila nomme Tshisekedi en 2018, 1 litre d’essence coûtait 1 850fc. ». s’est exprimé Prince Epenge, président national du parti politique ADDCongo ( Action pour la Démocratie et le Développement du Congo), formation membre de l’opposition .

il a ajouté que cela montre les mauvaises intentions des dirigeants de ne pas se soucier des citoyens.

« Donc le peuple congolais a pris note du désintéressement de Félix Tshisekedi et ses amis dans la gestion et nous continuons à mobiliser le peuple pour leur dire la vérité est là, l’Union sacrée c’était être du bon côté de la mangeoire et non du bon côté de l’ histoire »

Nos efforts pour avoir les membres de l’Union sacrée n’ont pas abouti.