19 mai 2024

Radio Ngoma ya Amani

Votre tam-tam de la Paix

Les Casques bleus chinois quittent la RD Congo après 20 ans de service.

Photo : Remise de la médaille d'honneur aux casques bleus chinois à Beyrouth au Liban 2018. @xinhuanet.com

Photo : Remise de la médaille d'honneur aux casques bleus chinois à Beyrouth au Liban 2018. @xinhuanet.com

C’est au cours d’une cérémonie d’hommage organisée ce mardi 09 avril 2024 dans la périphérie de la ville de Bukavu dans la province du Sud-Kivu, dans le camp du contingent chinois communément connu sous le nom de Amsar « chez les chinois », que l’annonce a été faite.

Plusieurs autorités ont pris part à cette cérémonie dont la Représentante du Secrétaire Général des Nations Unies en RDC et Cheffe de la MONUSCO, Madame Bintou Keita; le Vice-Gouverneur et Gouverneur ad intérim du Sud-Kivu, son Excellence Marc Malago Kashekere; l’Ambasseur de la République populaire de Chine en RDC, son Excellence Zhao Bin ainsi que l’Ambassadeur Noël Mbemba, délégué général du Gouvernement congolais chargé de la liaison avec la MONUSCO.

Dans son mot de circonstance, madame Bintou Keita a remercié le gouvernement de la Chine pour sa contribution en troupes. « Je tiens à exprimer ma profonde gratitude à la République populaire de Chine pour ses casques bleus déployés au Sud-Kivu, qui se sont distingués par leur savoir-faire, leur professionnalisme et leur discipline afin de relever un certain nombre de défis dans des conditions parfois très difficiles. Ils ont considérablement contribué à la paix et à la sécurité en RDC », a déclaré Madame Bintou Keita.

Ce retrait s’inscrit dans le plan de désengagement progressif de la MONUSCO de la RDC convenu de commun accord avec le gouvernement congolais.

6000 casques bleus chinois ont été déployés en RDC depuis 2003, mais il en reste seulement 218 qui partiront officiellement le 25 de ce mois d’avril 2024. Ils ont contribué à soigner les travailleurs de la MONUSCO et même des citoyens ordinaires. Ils ont également renforcé l’achèvement de plus de 580 projets d’ingénierie, la réparation de 1 800 kilomètres de routes, la réhabilitation de plus de 80 ponts et la construction de 20 héliports.

En février dernier, la MONUSCO avait fermé officiellement et transféré sa base de Kamanyola dans le Territoire de Walungu, toute proche des frontières burundaise et rwandaise, à la police nationale congolaise.