24 avril 2024

Radio Ngoma ya Amani

Votre tam-tam de la Paix

Kinshasa prend acte de la marche des opposants contre l’agression Rwandaise

Dans une correspondance qui date ce jeudi, le gouverneur de ville province de Kinshasa, Gentiny Ngobila, a annoncé avoir acté la marche des opposants de la République démocratique du Congo, prévue samedi pour dénoncer l’agression dont le pays est victime.

« A Messieurs les Secrétaires Généraux des Partis Politiques ECIDé, Ensemble pour la République et LGD à Kinshasa.-Messieurs,
J’accuse réception de votre correspondance non référencée du 06 Mars 2023 relative à l’organisation d’une marche pacifique en vue de protester contre l’agression dont notre pays est victime dans sa partie Est, en date du samedi 11 Mars 2023 à 10 heures sur un itinéraire qui partirait du Rond-point Ngaba au Stade Cardinal Malula dans la Commune de Kinshasa via les avenues Université, Kianza, Rond-point super Lemba, Boulevard Lumumba, Sendwe et Kasa-vubu. Ce dont je vous remercie », peut-on lire dans cette correspondance.

Par ailleurs, l’autorité Kinoise demande aux prochains manifestants à considérer le Stade Tata Raphael comme point de chute de leur organisation et ce, s’explique-t-il, pour des raisons sécuritaires.

Autrement, Le Commissaire Provincial de la Police Nationale Congolaise/Ville de Kinshasa ainsi que les Bourgmestres des Communes concernées, qui me lisent en copie, sont priés, chacun en ce qui le concerne, de prendre toutes les dispositions sécuritaires habituelles.

Hormis ces partis politiques susmentionnés, de nombreux autres se sont également engagés à manifester le même jour pour dénoncer l’agression Rwandaise.

Dans l’Est de la RDC, les affrontements armés entre l’armée Congolaise et les rebelles M23 appuyés par l’armée du Rwanda ces derniers jours à quelques kilomètres de Goma font énormément rage. Ces affrontements qui ont refait surface depuis mi-mai 2021, ont occasionné des morts d’hommes voire des déplacés massifs faisant d’ainsi, de la RDC, d’un premier pays africain avec le plus de déplacés en interne, selon le HCR, l’Agence des Nations Unies pour les réfugiés.