13 juillet 2024

Radio Ngoma ya Amani

Votre tam-tam de la Paix

Après plus de vingt ans de mission, la MONUSCO ferme son Bureau de Bukavu

Dans un communiqué de presse publié ce mardi 25 juin, la MONUSCO annonce avoir officiellement fermé son Bureau de Bukavu, clôturant ainsi la première phase de son désengagement. Dans ce communiqué, on peut y lire ce qui suit:

La Mission de l’Organisation des Nations Unies pour la stabilisation en République démocratique du Congo (MONUSCO) a fermé aujourd’hui 25 juin son bureau de Bukavu, conformément au plan de désengagement progressif signé conjointement avec le gouvernement congolais. Le 30 juin était la date butoir pour la fermeture définitive de ses bureaux au Sud-Kivu, marquant ainsi la fin de la première phase de son désengagement du pays. Plusieurs personnalités ont pris part à cette cérémonie d’adieu au Sud-Kivu, dont Madame Bintou Keita, la Représentante Spéciale du Secrétaire Général des Nations Unies (RSSG) en RDC et Cheffe de la MONUSCO; Son Excellence Madame la Première Ministre, Cheffe du Gouvernement, Judith Suminwa Tuluka, son Excellence Monsieur le Gouverneur du Sud-Kivu, Jean-Jacques Purusi ainsi que d’autres représentants des Nations Unies et du gouvernement de la RDC.

Au cours de cet événement, la MONUSCO a fait don d’actifs d’une valeur de 10 millions de dollars US aux autorités de la RDC et à plusieurs partenaires congolais. La Mission a également transféré aux Forces armées de la RDC (FARDC) un héliport nouvellement construit et une base à Rutemba, près d’Uvira, d’une valeur de 1,5 million de dollars. La cérémonie de remise de ces dons a eu lieu à Kavumu à 32 km de Bukavu.

« Cela a été un immense effort conjoint avec le gouvernement de la RDC. Malgré les nombreux
défis auxquels nous avons été confrontés, le retrait des troupes et des équipements s’est déroulé de manière ordonnée et, malgré les contraintes de temps, la première phase a été largement réussie
», a déclaré Mme Keita. « C’est l’aube d’une nouvelle ère pour la province. Assurer la paix et protéger les civils est désormais entièrement entre les mains des autorités congolaises, qui assument cette responsabilité en étroite coordination avec les communautés et les leaders locaux, avec le
soutien des agences, fonds et programmes des Nations unies qui poursuivent la mise en œuvre de leurs mandats respectifs. »

Au cours de son désengagement du Sud-Kivu, entamé en janvier 2024, la MONUSCO a transféré
aux autorités nationales ou fermé sept bases ou sites (Baraka, Bukavu, Bunyakiri, Kamanyola,
Kavumu, Rutemba et Sange), ainsi que 15 autres installations. Bien que la MONUSCO ait cessé
ses opérations dans les bases de Mikenge, Minembwe et Uvira, le transfert aux FARDC sera finalisé dans les semaines à venir.
Depuis 2002, la présence de la MONUSCO au Sud-Kivu a permis d’assurer une protection
physique directe à près de trois millions de personnes et de soutenir les FARDC par le biais
d’opérations conjointes, de patrouilles, de renforcement des capacités et d’évacuations médicales.

La Mission a contribué à la mise en place de dizaines de comités de protection locaux et de réseaux d’alerte civils. Elle a travaillé en étroite collaboration avec les autorités de la RDC et les
communautés locales pour s’attaquer aux causes profondes du conflit en encourageant le dialogue
et la cohésion sociale, en développant les infrastructures, en améliorant la situation des droits de l’homme et en renforçant les capacités de la police, de la justice et des systèmes pénitentiaires dans la province. Au cours des vingt dernières années, la MONUSCO a aidé à démobiliser plus de 4 600 combattants et enfants associés à des groupes armés et a collecté et détruit plus de 44 000 munitions et explosifs. La Mission a joué un rôle central dans de multiples cycles électoraux, transportant 30 000 kg de matériel électoral dans les circonscriptions électorales du Sud-Kivu lors
des élections présidentielles de l’année dernière.
« Alors que nous mettons fin à notre mission au Sud-Kivu, je remercie le personnel civil et en uniforme qui ont contribué à la paix et à la sécurité au Sud-Kivu. Votre courage et votre
dévouement dans certaines des circonstances les plus difficiles du maintien de la paix remplissent mon cœur de gratitude. Je rends hommage à tous ceux qui ont perdu la vie dans l’exercice de leurs fonctions
», a déclaré Mme Keita. « Bien que la MONUSCO se soit retirée du Sud-Kivu, nous restons engagés à remplir notre mandat en Ituri et au Nord-Kivu. »
A partir du 1er juillet 2024, une équipe résiduelle de 34 civils restera au Sud-Kivu pour aider les
agences, fonds et programmes des Nations Unies à maintenir les réseaux d’alerte communautaire, la protection des enfants et le dialogue avec les communautés. Le gouvernement de la RDC, la MONUSCO, les agences, fonds et programmes des Nations Unies, ainsi que les représentants des ONG internationales et de la société civile ont élaboré une feuille de route provinciale pour faciliter
le transfert des responsabilités de la MONUSCO au gouvernement, avec le soutien d’autres
partenaires. Cela permettra de s’assurer que les progrès réalisés pendant la présence de la
MONUSCO seront préservés après le départ de la Mission.

La MONUSCO ferme ses portes au Sud-Kivu tout en laissant derrière elle plusieurs de ses employés au chômage.