7 février 2023

Radio Ngoma ya Amani

Votre tam-tam de la Paix

Tuéries de Kishishe : L’ONU confirme et donne un autre chiffre.

Il indique que les enquêtes ont confirmé la mort d’au moins (131) cent trente et un civils dans deux villages (Kishishe et Bambo) du district de Rutsuhuru de la province du Nord-Kivu.

Une enquête préliminaire du BCNUDH et de la MONUSCO a permis de confirmer que les rebelles du M23 ont tué au moins 131 civils (102 hommes, 17 femmes et 12 enfants) au cours d’actes de représailles contre les populations civiles perpétrés les 29 et 30 novembre, à Kishishe et Bambo, deux villages du territoire de Rutshuru dans la province du Nord Kivu en République démocratique du Congo. Les victimes ont été exécutées arbitrairement par balles ou à l’aide d’armes blanches. Huit personnes ont par ailleurs été blessées par balles et 60 autres enlevées. Au moins 22 femmes et cinq filles ont été violées.

La ministre de la Justice et garde des sceaux, Rose Mutombo, dans un briefing avec les journalistes à Kinshasa au sujet de la détention de l’ancien premier vice-président de l’Assemblée nationale, Jean-Marc Kabund, à la prison centrale de Makala.

Bien que le rapport de l’ONU parle de 131 mort à kishishe, mais le gouvernement Congolais quand à lui évoque un bilan de plus de 272 personnes massacrées. La ministre de la Justice Rose Mutombo a invité, mardi 6 décembre, la Cour pénale internationale (CPI) à traquer les « criminels » qui écument l’Est de la RDC.

Elle a lancé cette invitation au cours de son intervention à la 21è Session annuelle de l’Assemblée des États parties au Statut de Rome, tenue à La Haye aux Pays-Bas.

Rose Mutombo a également demandé à cette cour de sévir contre les auteurs des crimes de guerre, contre l’humanité et celui de génocide et d’agression rwandaise dans l’Est de la RDC.