29 janvier 2023

Radio Ngoma ya Amani

Votre tam-tam de la Paix

RDC : Une ONG suggère une action judiciaire à tous les conseillers du président Félix Tshisekedi sanctionnés.

Le 15 janvier dernier, le président Felix Tshisekedi a réaménagé son cabinet. En effet, il a nommé 50 personnes. Certaines personnalités et conseillers ont été remerciées , comme Taupin Kabongo secrétaire particulier du chef de l’État. C’est également le cas de Fortunat Biselele conseiller privé du chef de l’État ou encore Jean-Claude Kabongo conseiller spécial. Pour Justicia ASBL une ONG des défenses des droits humains , les écarter ne suffit pas. Ceux qui ont commis des infractions doivent répondre devant la justice.

En effet, dans son communiqué publié ce 18 janvier 2023, Justicia ASBL explique que ce réaménagement est peut-être dû aux détournements des fonds publics par certains des anciens conseillers. Ainsi, l’ONG suggère par exemple que tous ces conseillers concernés par ces dossiers soient traduits en justice.» Justicia ASBL estime qu’une chose est de sanctionner administrativement (….) et une autre est de les déférer devant les instances judiciaires, dit le communiqué de presse.

Pour le cas du projet Tshilejelu, Justicia ASBL parle des scandales financiers dans lesquels certains se seraient impliqués. Dans le dossier Tshilejelu par exemple, certains conseillers sont pointés du doigt explique Timothée Mbuya coordonnateur de Justicia.

Tshilejelu justement, un projet d’infrastructures lancé le 17 mars 2021, dénommé « Tshilejelu » a été un fiasco total. Celui-ci avait pour objectif la réhabilitation et la construction des routes. Par exemple, à Kinshasa, il s’agissait de construire 39,72 km. Et pourtant, seuls 2 km ont été réalisés, selon un article de média Congo. Dans l’espace grand Kasaï , le projet prévoyait 101,77 Km . À Mbuji Mayi par exemple, sur 25,32 Km, il n’y a eu que 6 km réhabilités.

Ainsi , dans son communiqué , Justicia estime que certains d’entre les conseillers du Chef de l’Etat ont été à la base de ce Fiasco et sont notamment cités dont ce dossier. Ils doivent répondre de leurs actes. Cette ONG pense également que de telles mesures vont permettre de lutter contre l’impunité des infractions commises par des personnalités hautement placées dans les institutions. D’autre part, elles dissuaderaient tous les autres Congolais.